Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 04:56

 

 


Toni-Grand-art-invitation-From-Point-to-Point-Studio.jpg

 Carton d'invitation réalisé pour l'exposition de Toni Grand, octobre-novembre 2002 from Point to Point. Clique sur l'image. Clique sur l'mage.

 


"Triptyque"
de Toni Grand,
sculpture présentée d'octobre à  novembre 2002 à la from Point to Point galerie, visible actuellement au musée des Beaux Arts de Nantes (Loire Atlantique) France.


Toni-Grand-Sculpture-Triptyque-from-point-to-point_studio.jpg


Vue d'ensembledu triptyque


Toni-Grand-Triptyque-detail-from-point-to-point_studio.jpg Toni-Grand-Triptyque-Sculpture-Detail-from-point-to-point-s.jpg
Toni-Grand-Triptyque-cube-from-point-to-point_studio.jpg
Détail 01
Détail 02
Détail 03

 






               ° 

 

Page en cours © studio point to poinT XXI° 
Repost 0
Published by point to point - dans toni grand
commenter cet article
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 05:06

Exposition personnelle 2002 Expositions collectives Biiographie Livres EGL XXI°







                          

Repost 0
Published by point to point - dans toni grand
commenter cet article
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 05:01
Texte de Toni Grand 1976 -Sec-Equarri-Abouté en ligne courbe

Marche à suivre

- Dans ce cas, ramasser quelques branches par temps sec, en hivers et par envie. (Hêtre, frêne ou chêne vert)

- Les équarrir à la scie à ruban suivant leur formes avec modestie, ni plus ni moins. (il ne faut pas longtemps et se servir des chutes pour le petit bois d'allumage du feu.)

- Les assembler bout à bout par un système simple, avec la seule intention que la "ligne" change de direction sans changer d'angle.

- Ne pas garder ce peu d'intention me semble risqué.

- Ne pas chercher les branches laisse évidemment du temps pour autre chose et il faut aimer les choses ou le commencement ne serait pas le verbe… mais par exemple le bois.

- S'arrêter par fatigue ou lorsque le téléphone sonne.

- Continuer, ou commencer autre chose lorsque les conditions nécessaires et favorables - oubli, calme, surprise - sont à nouveau réunies.

TONI GRAND

                   À la place de textes personnels inexistants, je propose qu'on lise ces extraits, qu'on y repère les résonances passionnantes que je trouve entre eux à propos de la formes et du statut de l'objet ; et que les réflexions qu'ils peuvent susciter servent à l'approche du travail actuel.

Février 1978.







L'OBJET TROUVÉ

"Ce n'est pas l'objet, bien entendu, qui est transitionnel" dit Winnicott ; c'est " l'utilisation qui en est faite". L'objet représente en quelque sorte la transition, Il en garantit la possibilité. Dans sa préface à jeu et réalité, J. B. Portalis nous met en garde contre l'attitude qui consisterait à privilégier "l'objet" par rapport au "phénomène", le "signe tangible" que constitue le coin de drap ou de couverture au "champs d'expérience" qu'il désigne. Il note, d'autre part, la fréquence dans le vocabulaire de Winnicott de participes subsantiivés, tels que "playing, fantaysing, experiencing" : autant de terres qui indiquent un mouvement, un processus en train de s'effectuer, une capacité… et non le produit fini. "Ces deux remarques complémentaires vont nous permettre de jeter une passerelle entre l'expérience de l'analyse et celle du praticien de "l'action culturelle"… et coetera.

ARC n° 69



Résumé > D.W. Winnicott "jeu et réalité" NRF.

Le mode de relation à l'objet peut-être décrit en se référant à l'expérience du sujet.
La description de l'utilisation d'un objet comporte la prise en considération de la nature de l'objet.
Je propose de discuter les raisons pour lesquelles, selon moi, une capacité d'utiliser un objet est plus compliquée que la capacité d'établir une relation aux objet.
Si la relation peut porter sur un objet subjectif, l'utilisation, elle implique que l'objet fait partie de la réalité extérieure.

  On peut observer la séquence suivante ; 1) le sujet se relie à l'objet.
                                                                            2) L'objet est en train d'être trouvé au lieu d'être placé dans le monde par le sujet.
                                                                            3) Le sujet détruit l'objet.
                                                                            4) L'objet survit à la destruction.
                                                                            5) le sujet peut utiliser l'objet.

   L'objet est toujours en train d'ê^t^rê^détruit. Cette destruction devient la toile de fond inconsciente de l'amour d'un objet réel ; c'est-à-dire un objet en dehors de l'aire de contrôle omnipotent du sujet.
    L'étude de ce problème comporte une estimation de la valeur positive de la destructivité. La destructivité, à laquelle s'ajoute la survivance de l'objet à la destruction, place celui-ci en dehors de l'aire des objets établis par les mécanismes projectifs mentaux des sujets. Ainsi se crée un monde de réalité partagée que le sujet peut utiliser et qui peut envoyer en retour dans le sujet une substance autre-que-moi.



Texte édité dans le catalogue ART AUJOURD'HUI au C.D.D.P. AVIGNON
TONI GRAND - CLAUDE VIALLAT. Février 1978


" J.V. 3° NAUTILUS JAVA 1802 "  TONI GRAND
- 2004 - Dim. 7,5 X 15 X 89 Collection particulière



                          

Repost 0
Published by point to point - dans toni grand
commenter cet article